top of page

🔥À propos de la COLÈRE🔥



Une femme en colère qui exprime sa rage en tirant la langue


Voilà bien un sujet de couple qui revient encore et encore et dont il y a beaucoup à dire…



« Il vaut infiniment mieux communiquer ses sentiments que de les supprimer. La colère est souvent le résultat d’une série de sentiments tus qui s’accumulent en nous et finissent par exploser.

Les partenaires, dans une relation saine, considèrent qu’une partie de leur engagement consiste à exprimer honnêtement, au fur et à mesure, leurs sentiments, et à aider l’autre à en faire de même. Il s’établit alors un tel niveau de communication régulière qu’il y a moins de chance que la colère s’accumule entre eux. »

Marianne Williamson - un retour à l’amour.


Chaque couple a son histoire avec la colère. Ce qui me touche dans cet extrait c’est :


  • On réprime la colère, par peur de l’exprimer

Dans ce cas quand une personne ne s’autorise pas à dire et à voir advenir son émotion, elle se retrouve dans une posture où elle cache son authenticité à son partenaire. Elle étouffe, à un endroit inconnu, l’émergence même de son émotion. Au risque de la voir s’accumuler et ressurgir à d’autres moments sans contrôle.


Beaucoup de femmes que je reçois sont dans cet état. Beaucoup d’hommes également. Nous sommes nombreux à redouter l’expression de notre colère parce que nous craignons les manifestations agressives.


Il y a une confusion courante entre colère, violence et agressivité.


Lorsque la colère survient, aujourd’hui, je propose dans un premier temps de la recevoir. De l’observer comme une invitée inattendue.

Regardez-vous l’éprouver. Observez-vous la ressentir et permettez-vous de la laisser passer.

Ce qui est très différent que de la laisser agir à votre place.


Une relation de couple où la colère s’exprime à notre place, est une relation qui s’expose à « LA dispute de trop » et au manque de conscience.


  • De réaliser combien une relation de couple peut être soutenante

Une relation de couple dans laquelle on peut se permettre d’éprouver cette émotion en présence de son partenaire, permet une forme d’authenticité essentielle.


Ce faisant, on réalise que la colère éprouvée est le réveil ou l’actualisation d’un mouvement qu’on connaît bien: une réaction à un sentiment de rejet, d’abandon, une tristesse immense qu’on se défendait de ressentir, une vieille bagarre…


Ainsi s’observer et s’accueillir donne la possibilité de traverser, d’assimiler et de comprendre (de prendre « avec ») puis de se débarrasser de ce qui n’a plus de sens aujourd’hui.

 

💡Illustration 💡


Pour être plus clair, nous allons illustrer tout ça d’un exemple.


L’autre jour en consultation, je reçois un couple dont l’épouse me dit qu’elle vit très mal l’expression du visage de son compagnon. Elle observe qu’il a souvent un visage «fermé», qu’il a l’air ailleurs ou parle peu. Et à la longue, elle vit très mal sa compagnie parce qu’elle «ressent» qu’il n’est pas heureux et souvent, en plus de lui reprocher son manque d’entrain et de joie, sa simple présence finit par la mettre en colère.


Quand Madame se met en colère, Monsieur ne comprend pas. Sous ses reproches il a trois possibilités : se soumettre et s’excuser, se révolter, se défendre et s’opposer, ne rien dire et s’éloigner.


Et vous savez quoi ? Aucune de ces voies n’arrange le couple !

Chacun a beau faire de son mieux, sans un éclairage extérieur et une prise de distance, l’un et l’autre peuvent répéter inlassablement le même scénario en abîmant à chaque fois un petit peu la qualité du lien qui les unit.


Peut-être que cette histoire vous ressemble, que vous avez, vous aussi, l’impression d’un script pré-écrit qui se configure comme un labyrinthe…


Et comme Thesée a réussi à mettre fin à la malédiction du Minotaure, nous vous invitons à suivre un fil rouge extrêmement efficace. Celui de la RESPONSABILITÉ.

Oui, prendre la responsabilité de sa propre émotion constitue une piste essentielle dans la résolution de cette énigme complexe qui se présente au couple sous forme de « dispute ».


Concrètement dans notre exemple, qu’est-ce que ça signifie ?



Regardons-y de plus près : dès que la colère se présente elle est reconnaissable. Quels en sont les signes ? Vous les connaissez : rouge aux joues, tension dans le ventre, gorge qui se serre, poings qui se ferment, sourcils qui se froncent… tout ça est bien physique ! Et le plexus solaire est bien souvent le siège de ces manifestations.

Le cocktail émotionnel fait sont effet dans tout le corps et se propage : c’est physiologique. Une chimie opère DANS LE CORPS et ne se résoudra que PAR LE CORPS.


Bougez, sortez, criez, sautez, courrez, dansez, coupez du bois,… Bref : faites le nécessaire pour ex-primer (bien de le sens de sortir à l’extérieur).


Car dès que vous êtes dans cet état, vous seul êtes responsable de ce qui agit en vous.



🌟 RECONNAÎTRE QU’ON EST ÉMOTIONNEL est une étape indispensable. Se retirer du débat est préférable à tout acte ou tout discours sous le signe de la colère.

D’ailleurs que disons-nous d’autres par l’expression « c’est la colère qui parle » ?


👉🏼 Donc :

  1. Je reconnais que je suis émotionnel

  2. Je me retire en rassurant l’autre que je reviens dès que je peux

  3. Je me débrouille avec mon corps pour sortir ce cocktail chimique (activité corporelle + eau) de mon corps


Dans l’exemple que je vous ai cité plus haut, après un travail de prise de conscience de sa propre histoire, madame a réalisé qu’elle avait grandi avec une tension énorme à la maison familiale.


L’enfant sensible qu’elle était a toujours redouté les accès de colère de son père et la tristesse de sa mère. Elle a toujours été inquiète à l’idée que l’un ou l’autre se mette dans un état auquel elle ne pouvait rien.


Elle est devenue une personne extrêmement souriante pour déranger le moins possible ses deux parents. Elle est également devenue vigilante et observatrice : capable de détecter le moindre changement d’humeur. Ce qui, à terme, et sans s’en apercevoir, l’a transformée en véritable dictateur. Dans sa propre famille elle demandait sans cesse à ses enfants, ainsi qu’à son conjoint, de sourire et manifester sa joie…



Imaginez la découverte…



Le fait de réaliser, dans le cadre de son travail de couple, sa part de responsabilité dans cette affaire, a constitué un tournant décisif dans l’histoire du couple ET de la famille.


Car aujourd’hui, tous les deux peuvent se soutenir : monsieur comprend l’importance que madame accorde à ses changements subtils d’humeur, il sait combien elle peut s’inquiéter soudain d’une fermeture de ses traits, il connaît sa blessure. Madame sait également ce qui se réveille en elle lorsqu’elle observe un changement d’expression de visage, et elle apprend à faire la part des choses.


Aujourd’hui, au courant de cette « configuration-danger », ils s’interrogent et s’arrêtent le temps d’une discussion : ils se questionnent et vérifient.

Plus ils prennent le temps, moins ça leur en prend !


Et c’est avec plaisir que nous les retrouvons quelques années plus tard, souriants et tellement plus confiants dans la vie.



🌟 C’est de cette façon que le couple devient ressource : quand votre amoureux.se devient votre partenaire de vie (et non votre punching ball) on redevient joueur, léger et confiant. Récupérer tout le potentiel de son couple c’est une ressource inépuisable. L’amour permet cela : évoluer ensemble.



🎤 Playlist


Cranberries - Dreams


Didgedelik hilight tribe


Ben Mazué - Quand je marche


Kamate Kamate (all black haka)


Oser les larmes - Carmen Maria Vega


un dragon furieux sur fond rouge chevauché par un dieu en colère avec des écritures en sanskrit dans le cadre

24 vues

Yorumlar


bottom of page